Eh bien oui, on peut être professeur de design et vélosophe. Il y a quelques années, les étudiants en design de Saint-Luc à Tournai ont reçu pour mission de créer un vélo dans le cadre de leurs cours. Très vite, Maximilien Carlier, Arthur Etard et Wandrille Heusse trouvent une idée originale : réaliser un gravity bike (vélo de descente sans pédale) inspiré des proportions des ‘cafe racers’ (motos des années 60-70 dont le guidon se trouve au niveau du phare, forçant une position à la fois courbée et plongeante). « Nous voulions nous éclater et inventer un modèle dans une esthétique à la croisée de ces deux univers », explique Arthur Etard. Pour des raisons de poids, les trois amis ont opté pour de l’acier. Mais ici encore, pas question de tomber dans le classique : pas de profil tubulaire mais en losange, avec arête sur le haut du cadre. Ne disposant pas d’une cintreuse pour ce type de profil, les étudiants bricolent et disquent les noeuds profilés. « La technique n’était pas la plus académique, mais elle nous a permis d’arriver au design sculptural recherché », poursuit-il. Testé sur le Mont-Saint-Aubert à Tournai, le vélo a valu une petite frayeur au premier pilote car, sans suspension, le frein à disque avant (trop serré) l’a pratiquement fait décoller par dessus la roue avant. Quelques petits réglages et le tour était joué. Pas de casse, mais quelle classe! Est-il utile de préciser que leur Newton Gravity Bike a séduit leur professeur? Pour la petite histoire, Arthur Etard travaille aujourd’hui pour le studio Arko, qui planche entre autres sur un vélo triporteur aménagé. A suivre…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.