Imaginez à quoi pourrait ressembler le vélo du futur grâce à l’impression 3D. Voilà le défi que s’est lancé l’Australien James Novak. Architecte et designer industriel de formation, le jeune professeur d’université s’est découvert une passion pour l’impression 3D. A tel point qu’il mène actuellement une thèse sur la fabrication additive dans le domaine des produits sportifs. Durant quatre mois, James a planché sur un projet qui tirerait au maximum profit du potentiel de l’impression 3D. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas tant la modélisation du vélo (150h de travail) mais bien la recherche de l’idée maîtresse qui a nécessité le plus de temps. Car ce mode de fabrication implique de penser autrement et de faire fi des contraintes traditionnelles. Le résultat est pour le moins surprenant et réussi. Notre vélosophe australien est parvenu à repousser les limites de la fabrication traditionnelle en revisitant complètement le concept du cadre de vélo. Créé d’une seule pièce, le cadre a été produit à partir de résine en collaboration avec le spécialiste belge de l’impression 3D Materialise. Quand je vous dis que la créativité liée au vélo a encore de belles heures devant elle…

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Cadre de vélo original produit d'une seule pièce en impression 3D par le designer industriel australien James Novak en collaboration avec l'entreprise belge i.materialise.
Cadre de vélo original produit d’une seule pièce en impression 3D par le designer industriel australien James Novak en collaboration avec l’entreprise belge i.materialise.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.