Prenez deux vieilles grilles métalliques, quelques pièces détachées d’un vélo, une bonne dose d’imagination et… non, jamais vous n’arriverez à un résultat aussi farfelu que Stephen Williams. Comme le dit si bien l’artiste : « La juxtaposition d’objets des plus banals produit souvent un résultat final qui dépasse la somme des éléments de départ ». C’est sûr, sur ce coup-là, il méritait bien une mention spéciale dans le grand traité du vélosophe. De son aveu, le ‘locked gate bike’ n’est pas hyper confortable, mais voyons le bon côté des choses : même sans cadenas, pas certain qu’on ose lui piquer. Du moins sans se faire griller…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.